Nicole LE PEIH

Avec les éleveurs au salon Ohhh la vache

16 Oct 2022 Nicole Le Peih En circonscription

En deux jours, le salon de l'élevage Ohhh la vache a réuni 22.000 visiteurs à Pontivy. Agricultrice et députée d’une circonscription rurale, je suis heureuse d’y retrouver chaque année les éleveurs et producteurs qui font la richesse de notre territoire agricole.

A l’heure où le sujet de la défense de notre souveraineté alimentaire s’impose comme un défi majeur pour notre agriculture dans un contexte de climatique et international de plus en plus complexe, j’assume de dire que l’agriculture intensive n’est pas un gros mot. Pour nous nourrir, il faut produire : nous le devons aux consommateurs Français et des pays où nous exportons nos produits agricoles.

Notre agriculture française est diverse, respecte des valeurs, des territoires, est exigeante en s’imposant des cahiers des charges stricts. C’est tout à son honneur, mais il est impératif que cela se répercute sur le prix.

Nous sommes tous consommateurs, à nous d’être des consommateurs engagés. Nos choix de consommation n’impliquent pas que nous. Ils impliquent les filières en amont et, en ce sens, nous pouvons les protéger. Les produits agricoles ont un prix, il nous faut en reconnaître la valeur.

Pour parvenir à notre souveraineté alimentaire, le chemin est encore long et de nombreux points d’amélioration restent à examiner.

J’ai la volonté d’œuvrer à une adaptation de la loi Climat et Résilience, notamment en ce qui concerne les objectifs d’artificialisation des sols. Il nous faut promouvoir l’accès au foncier agricole et faciliter sur tous les plans le développement économique en zone rurale. Nourrir et faire travailler la population localement nécessite des terres à cultiver et à aménager économiquement, en particulier dans des territoires comme le nôtre, où les secteurs agri et agro sont particulièrement dynamiques.

Il faut aussi avancer sur le dossier de la réutilisation de l’eau dans les sites industriels. A l’heure où les épisodes de sécheresse se multiplient, il faut prioriser l’accès à la ressource en eau et l’économiser là où c’est possible.

Dans un contexte géopolitique particulièrement troublé, le gouvernement met tout en œuvre pour protéger les agriculteurs, que ce soit face aux aléas climatiques, aux épizooties et aux pénuries de toutes sortes. Mais cette action ne saurait avoir d’impact que si elle est relayée au quotidien par chacun, du producteur au consommateur, en s’engageant pour privilégier une agriculture et une filière agroalimentaire durable et locale.

 

 

Articles similaires

Catégories

Derniers articles

Nomination au Conseil Supérieur des prestations sociales agricoles

L’Assemblée nationale adopte la LOPMI : une réponse claire aux défis sécuritaires de notre société

Salon des maires 2022

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.