À l'Assemblée

Une question publique sur l’accord de libre-échange du MERCOSUR

Question au Gouvernement sur l'accord du Mercosur

Le 21 février, lors des Questions au gouvernement, j’ai interpellé Monsieur le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur l’inquiétude des éleveurs à propos de la reprise des négociations de libre-échange avec le MERCOSUR. 90 000 tonnes de viande bovine pourraient entrer dans l’Union Européenne avec des normes moins exigeantes que ce que nous produisons. J‘ai demandé qu’un équilibre soit trouvé entre protection et ouverture pour rassurer les éleveurs. Voici la vidéo et le texte de mon intervention.

« Je souhaite associer à cette question mes collègues Rémy Rebeyrotte et Yolaine De Courson. Monsieur le Ministre, c’est l’agricultrice en production volaille plein air et éleveuse de vaches allaitantes en race charolaise et en même temps la députée de la nation qui s’exprime devant vous. Ce samedi s’ouvre le 55ème Salon International de l’Agriculture, événement incontournable de la vie agricole. Il est l’opportunité d’aller, pour des milliers de visiteurs et familles, à la rencontre des agricultrices et agriculteurs, et constitue une véritable vitrine pour notre FERME FRANCE.

L’un des sujets de préoccupation de nos agriculteurs concerne le futur accord de libre-échange entre l’union Européenne et le MERCOSUR. Alors que les négociations ont repris le 30 janvier et que cet accord devrait être conclu avant la fin de l’année, il suscite de nombreuses inquiétudes dans les territoires ruraux et notamment au sein de la filière bovine. Ce dernier pourrait porter sur un marché de plus de 90 000 tonnes de viande de bœuf avec des normes moins exigeantes. Cette nouvelle concurrence pourrait entrainer des dégradations d’une situation déjà difficile pour nos filières. Le Président de la République l’a rappelé à maintes reprises « un équilibre doit être trouvé entre ouverture et protection ».

Monsieur le Ministre, à l’aube de l’ouverture du Salon, il convient je crois, de lever les inquiétudes de nos éleveurs,  et de les rassurer sur la garantie de normes économiques sociales, sanitaires et environnementales. Ainsi, quelles mesures compte prendre le Gouvernement pour protéger les exploitations et les emplois dans le cadre de la filière bovine dans le cadre de cet accord commercial ? »


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.