À l'Assemblée

D’après les comptes publiés par l’INSEE le 26 mars dernier, le déficit public de la France était de 2,6 % en 2017, soit en deçà du seuil des 3 % exigés par les traités européens.
C’est une excellente nouvelle qui est le fruit, à la fois, des mesures prises lors du précédent quinquennat et de la stratégie définie par le Président de la République. Mais cette bonne nouvelle n’est pas synonyme de fin des efforts de redressement de nos comptes.

Nous continuons de dépenser plus d’argent que ce que nous avons : nous sommes toujours obligés de nous endetter pour payer nos dépenses. Rappelons que notre dette publique est aujourd’hui de plus de 2 200 Mds €. Le cap doit donc être tenu : -5 points de dette publique, -3 points de dépenses publiques, -1 point de prélèvements obligatoires. Il faut dépenser moins mais dépenser mieux et prélever moins sur les Français, une équation pas toujours évidente à tenir.


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.