À l'Assemblée
QAG 09/05/2018 PAC

Suite à l’annonce d’une réduction de 5% du Budget de la PAC pour la période 2021-2027, j’ai interpellé dès le 9 mai, le gouvernement lors de la séance hebdomadaire des questions au gouvernement. J’ai rappelé au ministre de l’Agriculture qu’on ne peut pas à la fois vouloir redonner du revenu aux agriculteurs et sacrifier le budget européen. En effet, il faut savoir qu’aujourd’hui, les aides agricoles directes représentent, selon les productions, de 30% à 80% du revenu agricole. Leur baisse tirera le revenu agricole vers le bas.

J’ai demandé au ministre de l’Agriculture son avis et les moyens d’action qu’il prévoyait de mettre en place.

Monsieur le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, depuis le 9 mai 1950, l’union des États européens s’est nouée autour de politiques communes intégrées, unissant les citoyens européens autour des valeurs communes que sont la paix et l’unité. Après la mise en commun des productions française et allemande de charbon et d’acier, l’Union n’a cessé de se consolider autour de politiques visant à assurer la souveraineté des pays membres. Au premier rang de ces politiques communes fondatrices et protectrices des citoyens européens se trouve la politique agricole commune – PAC.

Monsieur le ministre, dans le contexte de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne et d’un Brexit qui s’annonce comme une déflagration pour l’Europe, la Commission européenne a mis sur la table un projet de cadrage financier pluriannuel qui met fortement à contribution l’enveloppe dédiée à la PAC, laquelle connaîtra une baisse de 5 % en euros courants.

La France est aujourd’hui la première contributrice et la première bénéficiaire de la PAC, avec plus de 9 milliards par an d’aides directes et agro-environnementales. Or chacun sait que d’autres urgences nécessitent aujourd’hui un engagement européen plus important, comme la défense, la sécurité ou la gestion des flux migratoires. Ce sont autant d’urgences à gérer, si nous voulons que l’Union européenne conserve son poids et son influence dans le monde en protégeant ses citoyens.

À l’heure où vous défendez un projet de loi qui se donne pour objectif de redonner du revenu aux agriculteurs, comment accepter que la PAC soit la politique sacrifiée du budget européen ? Monsieur le ministre, sur quels alliés comptez-vous ? Et de quelles marges de manœuvre disposez-vous pour défendre une autre vision de la PAC, une vision ambitieuse, pour une PAC forte et solidaire, qui permette à nos agriculteurs de participer à la transformation des modèles agricoles, afin d’assurer une alimentation saine et durable à tous les Européens ?


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.