En circonscription

Ce jeudi 1er mars, j'organisais le premier atelier-débat de mon quinquennat de députée à Baud sur le projet de loi "Agriculture et alimentation".

Malgré les conditions météorologiques, une quarantaine de personnes de tout le département et de tous horizons sont venues participer et contribuer à cette soirée : agriculteurs bio et conventionnels, artisans, techniciens commerciaux, représentants de l'agro-alimentaire, élus locaux, partisans des énergies renouvelables, consommateurs, etc. Les échanges ont été riches.

Objectifs :

  • Remettre l’agriculteur au centre des débats pour fixer les prix agricoles, avec une concurrence européenne et une loi de l’offre et de la demande redoutables !
  • Redonner force à la loi pour « un meilleur équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire » et «favoriser une alimentation saine et durable ».

En ouvrant la soirée, j’ai souligné deux points :

1) Affirmer la démarche innovante, audacieuse, des Etats Généraux, qui a réuni autour dela table les quatre principaux acteurs concernés : les agriculteurs, les transformateurs, les grandes et moyennes surfaces et les consommateurs. C’est une démarche inédite.

2) Ecouter et faire remonter les avis sur le projet de loi.

L’exposé du projet, avec l’appui d’Emmanuel Dousselin, référent agricole de La République En Marche (LaREM) sur le Morbihan ciblait quatre points :

  • Relancer la création de valeur ajoutée et assurer sa répartition équitable
  • Permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail
  • Promouvoir une agriculture saine, sûre et durable
  • Accompagner la transformation des modèles de production et de consommation

La mesure principale du projet relevée est la fixation d’un prix payé aux producteurs. L’inversion du processus de construction du prix en partant du coût de production est la mesure essentielle. C’est le point fort de la loi. Les débats l’ont démontré.

Ils ont aussi pointer du doigt que la grande distribution et la concurrence européenne étaient des acteurs incontournables pour parvenir à ces ambitions.

La formation des agriculteurs et la pédagogie vis-à-vis des consommateurs sont les deux leviers qui ont été proposés par les participants pour réussir le challenge inscrit dans ce projet de loi.


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.