Nicole LE PEIH

100 milliards d’euros pour retrouver une croissance durable

À l'Assemblée

Notre objectif : retrouver une croissance durable. Le plan est décisif dans la mesure où la transition écologique représente un tiers du plan de relance, soit 30 milliards d'euros (plus que l'intégralité du plan de relance de 2008) :

  • 6,7 milliards d'euros consacrés à la rénovation énergétique : "Ma Prime Renov" ouverte à tous les Français (2 Mds€), la rénovation des bâtiments publics (4 Mds€, avec les universités éligibles), le logement social (500 M€) et les TPE/PME (200 M€).
  • 5,9 milliards d’euros pour les transports de demain, le ferroviaire (4,7 Mds€ pour les petites lignes, les trains de nuit et le fret), et les transports du quotidien dont le vélo (1,2 Md€).
  • 6,6 milliards pour l’énergie : pour l'hydrogène vert (2 Mds€), la décarbonation de l'industrie (1,2 Md€), l'investissement dans les technologies vertes (3,4 Mds€).
  • 1,2 milliard d’euros pour l’agriculture :  pour la filière bio, aux circuits courts (1,2 Md€) pour revenir au local et une alimentation saine. C’est 10% de plus par an.

Une enveloppe de 34 milliards d'euros va ensuite permettre à nos entreprises de gagner en compétitivité et de créer les emplois de demain en France :

  • Baisse massive de la fiscalité sur les entreprises (baisse de moitié de la CVAE, des impôts fonciers et diminution de la CET). Cette baisse bénéficiera à tous les secteurs, mais en particulier à l’industrie (37% du bénéfice des diminutions) et au commerce (15%). Elle bénéficiera aussi à tous les types d’entreprises (42% pour les ETI, 32% pour les PME/TPE et 26% pour les grandes entreprises).
  • 1 milliard pour notre souveraineté : 600 millions d’investissement dans les secteurs stratégiques (santé, électronique, 5G, intrants industriels et agroalimentaire), 400 millions pour des projets dans les territoires d’industrie, 1,9 milliard d’euros pour la mise à niveau numérique des ETI/PME et TPE, de l’État et des territoires.
  • Enfin cette croissance doit offrir à tous les moyens de l’émancipation par l’éducation et l’emploi : 6,7 milliards pour le plan Jeunes (aides à l’embauche, formation) et 7,6 milliards pour la poursuite de l’activité partielle.

Nous paierons toutes ces dépenses par la croissance et non pas par l’impôt : aucune augmentation d’impôts n’est prévue par le projet loi de finances pour 2021.


Articles similaires

Réalisation & référencement Créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.